Démissions en série au conseil municipal

0

Après la démission de Mr Merville, conseiller municipal, annoncée par Mme Le Maire lors du conseil municipal du 5 juillet 2018, voici que le 1er adjoint, Mr Grigis, démissionne, bientot suivi par Mrs Pradel et Jordan.

La question à se poser est pourquoi ? Pourquoi M. Grigis a-t-il démissionné ? Pourquoi Mme le Maire lui a-t-elle retiré ses délégations à compter du 16 août?

La démission d’un 1er Adjoint n’est pas neutre ! Elle est symptomatique d’un malaise certain à la tête de l’exécutif d’une commune. Le 1er Adjoint se doit d’être le second du Maire, celui sur qui il ou elle peut s’appuyer afin de l’aider dans ses réflexions et prises de décision. C’est donc une véritable cassure, un séisme idéologique qui vient de se produire à la tête de notre commune.

Les raisons invoquées par M. Grigis sont multiples : manque de transparence, manque de démocratie, décision prise par quelques uns, bref des signes évidents que cette majorité ne fonctionne plus dans la sérénité attendue par chacun des concitoyens.

Ces raisons ont fait l’objet d’un courrier de M. Grigis annonçant sa démission aux différents Présidents d’associations de la commune.

Reconnaissons lui le courage d’avoir mis en concordances ses actes avec ses idées.

Mais les raisons de la décision de Mme le Maire restent à ce jour inconnues !

Et la démission de M. Grigis n’est pas la seule ! Quelque temps auparavant nous avons appris celle de M. Merville et tout récemment celle de M. Pradel et celle de M. Jordan !

On ne pourra pas nous dire que les démissions de Messieurs Pradel et Jordan  sont des démissions politiques. M. Pradel, figure historique de la vie associative et municipale de notre commune et Monsieur Jordan, ancien de la commune n’avaient qu’un seul objectif : le bon fonctionnement de la commune à laquelle ils restent très attachés.

Alors une épidémie de «démissionite aiguë» aurait-elle sévi au sein de la majorité ?

Plus vraisemblablement une allergie, une allergie au manque de transparence, une allergie au manque de démocratie, une allergie aux décisions prises dans l’entre soi par quelques uns sans consultation….. bref une allergie à la pratique quotidienne de la gestion de la commune par une infime minorité de la majorité.

Et pour ne pas être contaminé, mieux vaut s’en éloigner d’où cette épidémie de démissions.

Que reste-t-il donc ? 

Quelques élus qui s’interrogent sur leur avenir au sein de la majorité et une poignée d’autres accrochés à leurs postes, repliés sur eux-mêmes, recroquevillés sur leurs certitudes, attachés à leurs pouvoirs, bunkérisés dans leurs analyses, parfois colériques, incapables de supporter les idées différentes des autres. En particulier Mme le Maire, puisque c’est son rôle,  qui est incapable, de notre point de vue, d’imposer le respect à son équipe autrement que par une autorité brutale, dénuée de tout argument, incapable d’assurer la cohésion de sa majorité, incapable enfin de fédérer ses conseillers municipaux autour de leur projet commun.

Le constat de ces dernières années de gestion est triste, affligeant pour notre commune. Les élus minoritaires avaient déjà ressenti ce manque de démocratie vis-à-vis des conseillers municipaux et notamment lors de la présentation du dernier budget, véritable parodie de démocratie !

Il est temps, pour notre commune, pour les dossiers à traiter, pour son image à l’extérieur où l’on commence à jaser sur son fonctionnement, que les mauvaises pratiques changent.

Il est temps de retrouver de la sérénité, de laisser chacun s’exprimer comme bon lui semble et de respecter la diversité et la richesse d’idées contradictoires.

Faute de quoi chacun sera mis, à terme,  face à ses responsabilités.

Comments are closed.